flyer_030628shortcircuit600
  • Date: 28 juin 2003
  • Time: 18:00
  • Location

Short Circuit Open Air – 28 juin 2003

Pour la 4ème année consécutive, le team Sysmik + Gemini + Doogy nous propose sa Short Circuit en Open-Air, dans un refuge au dessus de Lausanne. Pour cette année ils ont prévu 2 dancefloors : Goa et Techno. Après être allé imprimer les indications du trajet depuis le site Short Circuit, on décide de partir tôt pour se faire quelques grillades sur place vers les 18h.

Arrivé sur place on remarque tout de suite la déco de l’entrée avec des panneaux de bois surplombant la route auxquels sont attachées des assiettes en bronze qui accueilleront du feu la nuit venue … belle introduction. On fait le tour du propriétaire et on remarque tout de suite le travail d’amménagement qui a été fait : lights, déco, son, régie … tout est en place !

Une grosse génératrice de chantier distile l’électricité nécessaire : tout est très pro. On allume notre feu et on se lance dans une grillade-party mémorable. Rejoint par Dzan, puis les valaisans du Box (Kym Blair, Yvan Jenkins) et finalement par le posse de Brave New Sound avec Skail, Master M et Waveform. On ouvre quelques bouteilles, on tappe le carton, c’est vraiment une atmosphère cool alors que les djs assurant le warm-up sont déjà à l’oeuvre : Digital Brain, Doogy et Sysmïk sur le floor Techno, Red Lions, Dr No sur le floor Goa. Les gens arrivent petit à petit et dans le même temps le soleil tire sa révérence et plonge la forêt dans la nuit, illuminée d’étoiles sous un ciel complètement dégagé. Le son se fait plus dur sur le floor techno avec un excellent ping-pong entre Kym Blair et Yvan Jenkins qui durera 2h30. Le bar croule sous les demandes à partir d’une heure du mat : ils sont 5 a y travailler mais cela ne semble pas suffire !

Le public étonnement paraît être plus interessé à boire des coups et à discuter autour du feu qu’à vraiment participer par la danse. Le live de Skail et Master M tranche radicalement avec la techno distillé jusqu’alors sur le floor, et le public ne semble pas trop crocher sur l’electro-tribal du duo qui se retrouve un peu perdu. Sur le floor Goa, bien que plus nombreux, le public ne donne aucun signe d’hystérie non plus : ok ça danse un peu, mais sans franche motivation. Est-ce le froid relatif du la forêt qui aura de la peine à réveiller les corps ?

Jack Demon du Box, reprend les platines du floor techno après le live et augmente les BPM après une intro electro malaisée. Le floor se remplit un peu à nouveau mais toujours sans cette étincelle qui fait que les gens décollent habituellement. Je suis sur une lignée carrée, puis plus groovy, mais la non plus ça ne croche pas. Et Gemini clôt la soirée avec le même genre de problème.

On se retrouve donc a avoir passé une excellente soirée avec un début réussi et convivial, mais cette dernière a été manquée sur le dancefloor, un peu à la manière de l’Open-air de DeltaForce il y a deux ans : un manque de motivation certain dans le public qui se retranscrit sur les prestations des lives et djs qui ne savent plus trop comment faire pour que l’ambience se lâche un peu …

Dommage car tout était vraiment bien conçu et organisé pour une Open-Air illégale.

Retour sur Genève vers 7h du mat, alors que Psyberpunk jouera encore sur les retours jusque vers les midi pour les derniers irréductibles de la Goa qui avaient déjà planté leurs tentes la veille à coté du dancefloor. Un succès quand même avec environ 500 personnes.

(par Hervé Geuggis /Terrorist/electronism.net)

© 2017 Short Circuit.
Powered by 8bitstudio